Plongez dans l’univers de Petit Poilu !

À la fois ludique et pédagogique, la bande dessinée

« Petit Poilu » est idéale pour accompagner les enfants vers la

lecture autonome en abordant des thèmes qui font partie de leur quotidien.

DES HISTOIRES FORTES, BALISÉES DE REPÈRES !

Tous les matins, ce petit bonhomme optimiste et courageux se prépare pour partir à l'école.

Mais sur le chemin, il faut toujours que tout bascule ! L'aventure prend place. Le soir, ébouriffé par ses péripéties, il retrouve ses parents et s'endort heureux.

Ces deux parenthèses récurrentes à chaque album rassurent : quoi qu'il arrive, tout finit.

PETIT POILU, UN OUTIL PÉDAGOGIQUE ET LUDIQUE !

Petit Poilu figure sur la liste officielle de l'Éducation Nationale et est plébiscité par les enseignants et Inspecteurs de l'Éducation Nationale. La série s'avère être un outil de travail complet et agréable à utiliser en atelier.

En effet, chaque tome développe un thème propre autour duquel il est aisé d'organiser des ateliers de discussion même avec les plus petits. De l'amour à la jalousie, de la peur à l'injustice, de l'amitié à la colère, le "petit message qui fait grandir d'un poil" laisse libre cours à la réflexion et ouvre la porte à l'expression orale.

La structure des pages, les personnages, les péripéties et les univers offrent une foule d'idées pour travailler en jouant. Les fiches d'activités "Petit Poilu" sont à votre disposition sur ce site !

+ -

DES HISTOIRES MUETTES POUR OUVRIR L’IMAGINATION !

L’impact des histoires muettes est immédiat, celles-ci stimulent l’imagination.

Pour une même histoire, l’interprétation des événements, la manière de percevoir l’aventure ou de la raconter peut varier.

Une richesse à partager en famille ou à l’école !

EN ROUTE VERS LA LECTURE AUTONOME !

La série "Petit Poilu" permet aux enfants une réelle lecture en autonomie. Les cases, organisées selon une véritable grammaire narrative, plongent les petits lecteurs dans un récit fluide, riche en émotions.

C’est si amusant de "faire tout seul".

Les auteurs

CÉLINE FRAIPONT

Céline Fraipont est née à Bruxelles en 1974. Fleuriste de formation, elle commence à s'intéresser à la bande dessinée au contact de Pierre Bailly qu'elle rencontre à Liège en 1996.

Dix ans plus tard, après quelques chipotages scénaristiques, c'est entre deux biberons que lui vient l'envie de travailler sur une BD muette destinée aux tout-petits. Restait plus qu'à trouver un dessinateur : « J'en avais un sous la main, il était rigolo et bien élevé (quoiqu'un peu grognon parfois...), je me suis dit que j'allais prendre celui-là ! » La série "Petit Poilu" est née quelques mois plus tard et chaleureusement accueillie aux éditions Dupuis.

+ -

PIERRE BAILLY

Pierre Bailly naît en 1970 à Alger avant de rejoindre la Belgique. Il effectue des études de graphisme, d’abord à l’institut Saint-Luc de Bruxelles, au sein de la section BD où il fait la connaissance de Vincent Mathy, puis à La Cambre.

Il publie ensuite un premier essai chez un éditeur indépendant ("Anguille crue" aux Éditions Rêve-en-Bulles en 1993), et rencontre Denis Lapière lors d'un concours organisé par la FNAC de Liège. Son goût personnel le porte vers des choses gaies destinées aux enfants. Pierre Bailly adopte donc immédiatement le personnage de Ludo proposé par Denis Lapière et fait appel à son ami Mathy pour animer l’inspecteur « Castar », le personnage de BD avec qui Ludo voudrait partager ses aventures. Il créera le personnage de Petit Poilu quelques années plus tard avec sa compagne, pour notre plus grand plaisir !

+ -

L’INTERVIEW DES AUTEURS

COMMENT A COMMENCÉ L’AVENTURE PETIT POILU ?

C.F. : En 2004, nous avons eu une petite fille et très vite, je me suis mise à lui lire des livres de toutes sortes. Puis un jour, j’ai eu envie de lui lire une bande dessinée. Je suis donc partie à la recherche d’une BD adaptée aux enfants qui ne savent pas encore lire. J’étais persuadée que cela existait déjà !

Après maintes fouilles, je n’ai rien trouvé et je me suis dit que c’était dommage, qu’il y avait pourtant moyen de raconter de chouettes histoires sans textes !

J’ai alors commencé à plancher sur l’idée en faisant des essais auprès de ma fille. Il fallait un personnage attachant, mignon et Pierre a dit : " Il faut qu’il soit poilu ! "

+ -
COMMENT S’ORGANISE VOTRE TRAVAIL ?

C.F. : J’écris l’histoire case par case et de bout en bout. Ensuite, Pierre se met à la dessiner de façon rapide, en plaçant bien les éléments piliers de l’histoire. Cette étape se fait ensemble, comme ça je peux apporter des précisions en direct, parfois mimer des positions ou rectifier des erreurs sur le tas. Après, je m’empare de ce premier jet et je fais du copier-coller. Avec mes ciseaux et ma colle, je transforme encore les choses pour les rendre les plus lisibles et les plus précises possible. C’est un peu comme du montage finalement. Puis, quand tout est bien en place, Pierre reprend les pages pour le crayonné final et l’encrage. C’est un chouette « ping-pong », très riche et l’on s’amuse beaucoup malgré la rigueur que cela demande.

P.B. : Céline est très organisée, moi je suis tout le temps à la bourre. En plus, au fil des albums, elle met en scène de plus en plus de personnages… simultanément. Mais la taille des cases, elle, ne change pas ! Je travaille au chausse-pied.

C.F. : Le découpage est l’étape la plus importante. C’est très gai de découper une histoire mais c’est aussi très compliqué. Surtout quand on ne peut pas se reposer sur le texte ! Il faut beaucoup chipoter, retourner le cube dans tous les sens et ne pas hésiter à recommencer toute une séquence quand on doute de sa clarté. Puis, un découpage de Petit Poilu demande de la fantaisie aussi ! Il faut être ludique dans ses idées. Je me mets tout le temps dans la peau d’un enfant en faisant cette étape du boulot.

+ -

Extrait de l’interview de Romain Gallissot pour Bodoï